Adoptez une démarche EBP pour optimiser la rééducation dans le cadre du maintien de l’autonomie des séniors

  Séminaire de 2 jours            Damien OLIVON                                             

CONSULTEZ LE PROGRAMME

Le vieillissement de la population et la perte d’autonomie constituent aujourd’hui l’une des principales préoccupations du système de santé. La transition démographique représente un bouleversement fondamental pour la société dans son ensemble.
Alors que l’espérance de vie continue de progresser en France, l’espérance de vie en bonne santé reste stable, mais à un niveau inférieur à la moyenne européenne.
L’avancée de la médecine permet de maintenir en vie, mais en créant de la polypathologie chronique.

Cela engendre un coût important pour la prise en charge de la dépendance et de la santé : un coût financier mais aussi humain.
Avec l’avancée en âge des papy-boomer, l’enjeu actuel est de pouvoir faire face au risque d’« épidémie de dépendance ».
Suite aux nombreux rapports sur le grand âge et l’autonomie, mettant en avant « l’autonomie, c’est pouvoir choisir sa vie jusqu’au bout, avoir le libre choix ».
L’attractivité des métiers du grand âge (rapports Libault et El Khomri), face à la pénurie de soignants et au coût de prise en charge en EHPAD, et afin de respecter la volonté des séniors, un des enjeux fort de santé publique est actuellement le maintien à domicile.
Pour réussir ce défi, il est primordial d’agir le plus précocement possible afin de prévenir le risque de perte d’autonomie et de permettre de « vieillir en bonne santé ».
Il s’agit d’un changement de paradigme, passer du curatif au préventif, exprimé très concrètement par les pouvoir publics dans le cadre de « ma santé 2022 » et plus récemment du « plan antichute ». Ainsi, conformément au rapport Libault ,« passer de la gestion de la dépendance au soutien à l’autonomie ».

La première cause de mortalité chez les plus de 65 ans est la chute, avec 2 millions de chutes par an entrainant 130 000 hospitalisations et 10 000 morts par an.
Une chute est très fréquemment le signe d’une fragilité, la porte d’entrée dans la dépendance avec l’apparition de la peur de rechuter, entrainant un cercle vicieux de perte de capacités.

Les capacités d’adaptation au risque de chute accidentelle déclinent régulièrement avec l’avancée en âge. De nombreux facteurs intrinsèques ou extrinsèques peuvent favoriser la chute. Les conséquences en termes de mortalité et de morbidité justifient une démarche de prévention systématique, multidomaines et pluridisciplinaires

Afin de prévenir et de prendre en charge ce risque de chute, il est indispensable de travailler en pluridisciplinarité, tout au long du parcours du patient.
Les recommandations HAS, de la SFG et des Gérontopoles, ont fait évoluer nos outils d’évaluation, favorisant ainsi les échanges entre professionnels, mais aussi entre professionnels et patients, permettant ainsi au MK de se positionner, par son expertise, en référent de la prévention des chutes, du maintien de l’autonomie et du « bien vieillir ».

Contenu

Cette formation comporte une remise à jour complète des évaluations, selon les données actuelles de la science, allant du diagnostic kinésithérapique aux traitements kinésithérapiques gériatriques préventifs à la perte d’autonomie, selon les critères de pratiques factuelles (EBP).

Au vu des enjeux actuels dûs au vieillissement important de la population, de la prévalence des polypathologies chroniques, du besoin du maintien de l’autonomie et de la volonté de vieillir en bonne santé, le kinésithérapeute est une ressource de santé publique qui se doit de suivre l’avancée de la science et des pratiques.

Cette formation permet au kinésithérapeute d’intégrer le dispositif ICOPE, en sachant repérer le risque de perte d’autonomie et diagnostiquer la fragilité de la mobilité.

De plus, elle comprend l’ensemble des éléments nécessaires à l’évaluation du risque de chute et de ses causes fonctionnelles, afin d’éviter le cercle vicieux de réduction d’activité entrainant une réduction des capacités ; l’élaboration d’un plan d’action kinésithérapique efficient permet au MK d’être un acteur indispensable du plan gouvernemental antichute.

Un approfondissement est particulièrement apporté sur la rééducation posturo-motrice, conformément à l’avancée de la recherche actuelle, par des techniques simples accessibles au cabinet et à domicile, en particulier sur la rééducation des activités posturales anticipées.

Elle sensibilise par ailleurs à la prévention de la dépendance iatrogène évitable et aux critères à respecter pour la mise en place des aides techniques qui doivent d’abord avoir un objectif de rééducation de la fonction altérée avant de viser la compensation du déficit, au risque d’empêcher sa récupération fonctionnelle.

Les participants peuvent ainsi prendre du recul vis-à-vis de leurs pratiques et solliciter plus finement les capacités fonctionnelles par des techniques de positionnement, de langage gestuel, verbal, proprioceptif et par l’aménagement de l’environnement.

Cette formation positionne le kinésithérapeute en acteur de santé publique préventeur du « bien vieillir », investi dans l’exercice coordonné pluridisciplinaire médical et social, connaissant les ressources territoriales et utilisant les outils numériques.

La nécessité de coordination impose de savoir rédiger une synthèse de son évaluation précise et accessible aux autres professionnels, savoir rédiger un diagnostic kinésithérapique et co-construire avec le sénior des objectifs de traitements réalistes, savoir utiliser les nouveaux outils numériques d’évaluation et de traçabilité.

Cette formation permet à chaque kinésithérapeute de s’investir dans la prévention primaire transversale et la rééducation gériatrique, d’être une ressource humaine permettant de réduire la nécessité de soins et de compensations de handicap, de devenir une personne ressource auprès des autres professionnels de santé, de soins, d’auxiliaires de vie mais aussi de l’entourage des séniors.

Objectifs

> Objectifs généraux :

    - Positionner le kinésithérapeute en acteur de santé publique préventeur, investi dans l’exercice coordonné pluridisciplinaire médical et social, connaissant les ressources territoriales et utilisant les outils numériques.

    - Etre acteur de prévention et effectuer une approche fonctionnelle globale multisystémique et intégrée dans le maintien de la santé et la prise en soins des seniors, au-delà de l’identification des pathologies et de leur seul traitement.

    - Placer le kinésithérapeute en acteur du « vieillir en bonne santé »

    - Contribuer au maintien de l’autonomie par une prévention précoce et une qualité de la prise en soins intégrant la prise en compte de l’environnement du senior non dépendant et participant à sa motivation.

    - Proposer des actions de prévention primaire ou de prises en soins adaptées, concertées et co-construites avec le sénior.

L’intention générale du projet, est pour le kinésithérapeute formé, d’acquérir les connaissances et les outils nécessaires à la réalisation de ces objectifs précédemment définis.

> Objectifs spécifiques :

A l’issue de ce stage, le stagiaire sera en capacité de :

    - Savoir repérer les personnes à risque de perte d’autonomie selon les critères ICOPE et par l’application d’application et/ou logiciel dédiés (Icope Monitor, base de données…).

    - Savoir réaliser et utiliser un Bilan et un Diagnostic Kinésithérapique (BDK), initial et de suivi, selon les recommandations de la HAS, de l’OMS et des données actuelles de la science, en particulier :

    - Savoir évaluer et tracer la nécessité et les objectifs de rééducation via le BDK, après une évaluation de l’intégrité structurelle, de l’indépendance fonctionnelle et de l’autonomie situationnelle mis en regard avec les projets du sénior résidant à domicile.

    - Savoir évaluer le risque de perte d’autonomie et le risque de chute au sein d’un BDK

    - Savoir être initiateur et acteur de la coordination des soins, en travaillant en pluridisciplinarité et transversalité : communication, traçabilité, élaboration conjointe d’objectifs

    - Savoir co-élaborer des objectifs et un programme rééducatif, avec le sénior et avec les autres professionnels de santé intervenant auprès du sénior

    - Connaitre les bases de l’entretien motivationnel permettant au sénior d’être acteur de ses soins

    - Savoir communiquer aux intervenants les éléments nécessaires à la sollicitation des capacités fonctionnelles du résident et à la prévention des TMS des intervenants.

    - Savoir travailler en concertation avec les autres professionnels et les acteurs ressources de son territoire

    - Savoir rééduquer les troubles fonctionnelles et le risque de chute altérant le domaine de la mobilité, et mettre en place des actions correctives en rendant le sénior acteur de son autonomie et de l’adéquation de ses projets avec ses capacités et son environnement

    - Savoir mettre en place et évaluer des ateliers de prévention des chutes fonctionnels et éducatifs, dont des activités physiques adaptées selon des critères d’efficience

    - Savoir conseiller et accompagner le sénior à l’aménagement et l’adaptation de son environnement selon l’évolution de ses capacités fonctionnelles.

    - Savoir se positionner comme acteur de santé publique en prévention et au sein du parcours de soin et de l’exercice coordonné.

Fiche formation

Pré-requis
Diplôme d'Etat Français de Masseur Kinésithérapeute, ou autorisation d'exercice de la profession de masseur-kiné

Modalités d'évaluation

Évaluation des connaissances avant et après formation présentielle

Questionnaire de satisfaction immédiat

Questionnaire de satisfaction à distance


Restriction

Minimum : 8 stagiaires - Maximum : 20 stagiaires

Possibilités d'aides au financement sous certaines conditions

ANDPC : Renseignements sur https://www.agencedpc.fr/professionnel/
FIFPL : Renseignements sur https://www.fifpl.fr/procedures-prise-charge

Durée de la formation

2.0 jours (14.0 heures)

Inscription

Si cette formation vous intéresse, vous pouvez participer à une des sessions que nous proposons. Elles se trouvent sur la partie droite de votre écran. Choisissez celle qui correspond le mieux à vos dates ou à votre localisation.

Modalités de paiement
- Soit par chèque, à envoyer avec votre bulletin
- Soit par prélèvement, RIB à envoyer avec votre bulletin
Information complémentaire

Cette action DPC se déroule en 3 étapes OBLIGATOIRES sur 2 MOIS, quel que soit votre mode de financement : 1) Questionnaire Pré Formation (à remplir en ligne dès que vous en recevrez le lien par mail) / 2) stage présentiel de 2 jours / 3) Questionnaire Post Formation (à remplir en ligne dès que vous en recevrez le lien par mail)

Programme détaillé

CONSULTER

Historique de la formation

10 stagiaires formés en 2023 avec un taux de satisfaction de 100% (FORMATOPS)

NANTES

Du 21/06/2024 au 22/06/2024

 Nos prochaines formations

Déploiement de l’Activité Physique Adaptée (A.P.A.) pour les Masseurs-Kinésithérapeutes
NANTES
Du 21/06/2024 au 22/06/2024 VOIR
Les tendinopathies de l’épaule : actualités, management thérapeutique et autonomisation du patient
NANTES
Du 04/07/2024 au 05/07/2024 VOIR
Prise en charge kinésithérapique des lymphœdèmes secondaires après cancer du sein
NANTES
Du 10/09/2024 au 11/09/2024 VOIR